Démissionner pour changer de vie professionnelle, c’est possible !

Mode d’emploi du dispositif démissionnaire de Transitions Pro avec le directeur de Transitions Pro Aura, Stéphane Giboudaud.

Après avoir rencontré des centaines de personnes qui souhaitent évoluer dans leur vie professionnelle pour donner du sens à leurs compétences, nous avons constaté que nombre d’entre elles étaient bloquées faute d’accord pour une rupture conventionnelle. Et la plupart ne savaient pas qu’il existait une solution : le dispositif démissionnaire de Transitions Pro. 

Un dispositif qui offre la possibilité de partir de sa structure et de bénéficier de ses droits aux allocations chômage. Grâce à ce dispositif, chaque année plusieurs personnes ont pu suivre notre programme Nouvelles Voies.

Pour donner les clés de compréhension, nous avons posé 6 questions à Stéphane Giboudaud, directeur de Transitions Pro Aura, organisme paritaire qui instruit les dossiers de démission, pour comprendre qui peut en bénéficier et comment. 

Stéphane GIBOUDAUD - Transitions Pro Aura

Autrefois démissionner signifiait ne pas conserver ses droits aux allocations chômage, aujourd’hui c’est désormais possible ? Pourquoi cette évolution ?

Stéphane Giboudaud : Le dispositif de démission avec projet de reconversion professionnelle (dit « dispositif démissionnaire ») est entré en vigueur en novembre 2019 par décret du juillet 2019 pris à la suite de la loi n° 2018-771 du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel.

La promesse était d’ouvrir aux démissionnaires le droit de percevoir l’assurance-chômage et de rendre accessible à tous les Français et les Françaises la liberté d’entreprendre que ce soit à travers la création ou reprise d’entreprise, ou de choisir son travail.

J’ai envie de démissionner de mon poste, comment savoir si je rentre dans les cases pour avoir droit à ce dispositif ? Quels sont les grands critères à avoir en tête avant de se lancer ?
S.G. : Il y a deux points à regarder : votre situation professionnelle et votre projet de reconversion. D’abord votre situation professionnelle :

Vous devez être salarié du secteur privé en cours CDI

Vous n’êtes pas concerné par une décision de rupture de contrat : licenciement, démission avant la prise de contact avec un Conseiller en Évolution Professionnelle, rupture conventionnelle…

Vous justifiez de 5 ans ou 1 300 jours d’activité professionnelle sans interruption dans les 60 derniers mois.

Vous n’avez pas été en congé sabbatique, sans solde, de mobilité et de mise en disponibilité.

Pour avoir une première estimation sur la condition des 5 années d’activité continue, vous pouvez vous rendre sur le simulateur de Pôle Emploi.

Ensuite, concernant votre projet de reconversion, vous devez avoir un projet réel et sérieux qui passe par un besoin de suivre une formation ou celui de création ou de reprise d’entreprise avec ou sans une formation spécifique. Si votre situation personnelle et votre projet correspondent à ces grands critères, vous pouvez solliciter ce dispositif.

Je suis en poste actuellement, et j’ai envie de démissionner pour me former ou entreprendre, quels sont mes prochains pas à suivre ?

S.G. : Première étape : élaborer votre projet. Avant la démission, le salarié devra avoir sollicité un rendez-vous avec un Conseil en Evolution Professionnelle.

Attention : si la demande de rencontre avec le CEP se fait après la démission, le projet ne sera pas recevable et le salarié ne pourra pas bénéficier d’une allocation chômage.

  •   Le conseil en évolution professionnelle est gratuit et vous permet d’étudier les solutions pour mener à bien votre projet, sans systématiquement avoir à démissionner.
  •   Il vous permet de vous assurer que vos risques sont évalués et que vous avez envisagé tous les aspects de votre projet de reconversion.
  •   Il aide à identifier les engagements à respecter ainsi que les moyens et les services à mobiliser pour y arriver.

Les opérateurs CEP en Auvergne Rhône-Alpes sont : APEC pour les cadres, Réseau EVA pour les salariés du secteur privé et Cap Emploi pour les personnes en situation de handicap.

Seconde étape, valider votre projet. Transitions Pro procède à la validation du caractère réel et sérieux de votre projet. Pour ce faire, vous devez constituer une demande depuis votre espace personnel sur notre site internet www.transitionspro-ara.fr

Les membres de la Commission d’Instruction, qui se réunissent chaque mois, s’intéressent à tous les aspects de votre projet permettant la validation de son caractère réel et sérieux.

Pour les projets de reconversion professionnelle : la cohérence de votre projet de reconversion dans sa globalité, la connaissance des caractéristiques du métier visé, la cohérence et la pertinence de la formation choisie et des modalités de financement envisagées, les perspectives d’emplois à l’issue de la formation.

Pour les projets de création ou reprise d’entreprise : les caractéristiques et les perspectives d’activités du marché de l’entreprise, les besoins de financement et les ressources financières, les moyens techniques et humains de l’entreprise.

Troisième étape : s’inscrire à Pôle Emploi. Si la Commission d’Instruction de Transitions Pro a validé le caractère réel et sérieux de votre projet, inscrivez-vous comme demandeur d’emploi en vous connectant sur pole-emploi.fr

Attention : Cette inscription doit avoir lieu au plus tard dans les 6 mois qui suivent la validation par la commission de votre projet de reconversion. Votre demande sera étudiée par Pôle emploi au regard de l’ensemble des conditions requises.

Pôle Emploi procède alors à la validation de vos droits, calcule votre indemnisation, vous accompagne dans la mise en œuvre de votre projet et s’assure de la bonne réalisation de vos démarches dans les 6 mois suivants l’ouverture des droits.

On parle souvent de quête de sens au travail, d’envie d’agir et d’être utile, est-ce que vous le constatez dans le parcours des personnes qui bénéficient du dispositif démissionnaire ?

Oui, bien sûr, et comme sur chacun des dispositifs que nous gérons pour aider à la reconversion ou transition professionnelle. Au-delà de la recherche de sens, il y a aussi l’utilité sociale qui est un élément fort de motivation. Pour beaucoup de salariés, le confinement a généré une réflexion sur leurs conditions de travail et leurs conditions de vie.

Aujourd’hui, combien de personnes bénéficient de ce dispositif chaque année dans notre région

En 2021, pour la région Auvergne Rhône-Alpes 2987 projets dispositif démissionnaire ont été validés. Et au 31 mai 2022, nous sommes déjà à 1 387 projets validés.

Un conseil à donner à celles et ceux qui ont envie d’évoluer professionnellement vers le monde de la transition écologique et des solidarités 

Deux conseils pour le prix d’un même !

  • Travailler sur la réalité du projet dans sa dimension économique avec son opérateur CEP, et d’autres acteurs sur le territoire qui peuvent vous conseiller, accompagner.
  • Vérifier que le modèle économique de votre future entreprise est bien viable si le projet passe par une démarche entrepreneuriale.

Envie d’évoluer pour mettre vos compétences au service de la transition ? 

Si vous souhaitez évoluer professionnellement pour agir en faveur d’une société écologique, solidaire et conviviale, nous avons imaginé un programme pour vous accompagner : Nouvelles Voies. Une formation d’une année pour vous transmettre les fondamentaux de la transition écologique et solidaire, vous préparer à vous engager dans des structures qui la portent au quotidien et vous permettre de vous confronter au terrain grâce à des missions.
Et si vous avez des questions ou envie d’échanger, vous pouvez prendre un rendez-vous d’orientation avec une personne de notre cœur d’équipe.

L'Institut

Notre Institut

Notre équipe

Nos partenaires

Mentions légales

Les formations

Nouvelles Voies

Boîte à outils

Sur-mesure

Transition tout terrain

Institut Transitions
Adresse postale : 210 avenue Jean jaurès, 69007, Lyon
Adresse physique : 3 rue Michel Félizat, 69007, Lyon

contact@instituttransitions.org

Suivez-nous !

Espace presse

L'Institut dans les médias